Le système immunitaire essaie de se défendre

On le savait déjà, la nourriture proposée par la restauration rapide n'est pas du tout nutritionnelle. Désormais, il faut également prendre en compte le fait qu'elle attaque notre système immunitaire. En effet, celui-ci traite ce genre d'aliments comme une « attaque infectieuse » et réagit en sécrétant des cellules immunitaires supplémentaires « en particulier les granulocytes et les monocytes » pour se défendre.

Selon les scientifiques allemands, à l'origine de cette étude, l'organisme humain reste alors « en alerte » afin de se prémunir contre une éventuelle nouvelle agression. Cette modification génétique augmenterait considérablement les risques de maladies cardiaques et vasculaires et de diabète de type II.


Des conséquences irréversibles à long terme

Le système immunitaire enregistre chaque consommation de fast food et adapte notre empreinte génétique à ces « attaques ». Pour le faire, le corps développerait alors une forme de « mémoire immunitaire » qui implique une modification à long terme du fonctionnement génétique des personnes adeptes de restauration rapide.

Les conclusions de cette étude vont encore plus loin : elles établissent que même lorsque le sujet revient à une alimentation plus saine et équilibrée, son empreinte génétique, elle, ne ferait pas machine arrière : « Le système immunitaire continue à réagir même aux plus petits stimuli avec des réponses inflammatoires plus fortes. » explique Eicke Latz, directeur de l'Institut pour l'immunité innée de l'Université de Bonn. Il conseille d'éviter le plus possible, surtout pour les enfants, la consommation fréquente de ce type d'aliments.